Les listes !

Fin de semaine, le dernier service vient de s’achever.

Le nettoyage est bouclé, les frigos sont faits.

Vous êtes cramé et vos yeux livides se bloquent au moment où l’inactivité dépasse 10 secondes.

Bref, vous avez hâte de rentrer.

Mais vous savez aussi que si vous ne voulez pas être dans le jus au retour de congé, vous devez la faire…

La fameuse liste de mises en place !

Juste un détail, vous me direz…

Comment une si petite chose peut prendre une telle importance dans la vie des cuisiniers. Parce que, il faut le dire, ce n’est pas non plus LA découverte du siècle, mais ce qu’il y a de certain, c’est que c’est une habitude de travail que beaucoup ont adopté.

Le fait de noter toutes ses tâches aide à l’organisation c’est certain, il aide également à déléguer plus facilement. C’est surtout devenu pour beaucoup un moyen de se rassurer pour ne rien oublier. Bref, c’est un notre toc!

Et puis, arrive un jour où vous faites le rebelle ! Vous décidez de ne rien écrire pour le lendemain. On verra au feeling 🙂 ! Et le feeling, vous allez le connaitre … au beau milieu de la nuit quand vous allez vous réveiller en sursaut. Tout ça parce que vous avez oublié de lancer une cuisson sous vide ou une commande importante.

La liste des listes.

Je parle bien évidemment de la fameuse liste de mises en place !

Mais qu’est-ce qu’il y a sur cette foutue liste pour que chaque fin de services, on la recommence. Tout ça pour marquer des choses que l’on connaît par cœur. Que l’on répète tous les jours. Oui, mais il faut le dire, sans notre petite liste on est paumé. Quand elle est lisible par les autres personnes, on découvre aussi un paquet d’absurdités de marqué. Avec par exemple, braquer des boîtes plastiques ou encore désareté le filet de bœuf (on sent que les collègues sont passés par là).

Eh là, fou que vous êtes, vous allez faire de la mise en place qui est non noté !!! Après avoir fini la tache en question certains vont même jusqu’à l’écrire pour pouvoir la barrer. Ah ça fait du bien… autrement on aurait l’impression de n’avoir rien foutu. Quoi, vous ne faites pas ça vous ?

Le petit kiffe qui arrive, c’est quand vous barrer le dernier truc sur votre liste (ce qui n’arrive pas tous les jours non plus, on ne s’emballe pas). Vous allez la mettre en boule hargneusement et vous prendre pour LeBron James en la jetant dans la poubelle de l’autre côté de la cuisine !

 

Les dérivés et leurs dérives.

Liste Métro ou légumes, c’est là où les conneries démarrent. Ils suffit de laisser traîner la feuille de commande à la vue de certains de vos collègues pour devoir justifier par la suite l’achat de fraise Tagada auprès du chef.

Liste nettoyage de fin de saison. Malgré son petit goût de vacance qui l’accompagne, celle-ci nous fait aussi un peu peur. Surtout au début quand la liste est pleine à craquer et que la mise en place est encore bien présente. Un truc aussi,  pas la peine de rayer discrètement une tache chiante à faire, vous allez vous faire griller 🙂

Liste de réouverture. Toute cette mise en place, vous savez qu’il ne faut pas oublier de la noter. Parce que, après 3 semaines de congé passé à boire des mojitos et à faire la sieste sur la plage, une fois que vos pensées pour le boulot seront loin, très loin. Le jour de la rentrée arrivera, et là vous allez remercier le vous-même du passé ( le furieux qui tapait dans la MEP)  d’avoir laissé ce petit cadeau précieux à ce mec bronzé et tranquille que vous êtes devenu.

La liste du repas du personnel. Toujours un casse-tête, vous me direz. Après 3 minutes de recherche énergique, vous finirez par mettre « Reste » dans les jours manquants.

Déformation professionnelle.

Au quotidien en cuisine, vous êtes donc tout le temps en train de noter, répertorier. Le problème, c’est que vous en arrivez même à vous faire une liste de mise en place pour la maison. C’est à ce moment, que votre moitié vous fait remarquer que vous avez un peu un grain et que la déformation professionnelle commence à vous bouffer de l’intérieur 🙂

A chacun son organisation, chacun ces manies et ces petits trucs. Je trouve que la simple « liste de travail » fait partie de notre quotidien en cuisine. Après tout, dans les bistrots, brasseries, étoilés ou encore collectivités,  trouvé moi un type de cuisine qui n’utilise pas cette méthode ?

 

 

 

Laisser un commentaire