Commandes, fournisseurs et livreurs !

Vous êtes au milieu de la chambre froide.

Vous scrutez, avec votre plaquette à la main, toutes les caisses de légumes.

Repensez qu’il faut appeler votre poissonnier concernant votre commande de demain.

Bref, vous pensez à mille choses et vous êtes concentré pour ne rien oublier.

Et là, vous entendez gueuler « LIVRAISON » au fond du couloir.

Un coursier arrive. Toujours au bon moment.

Les héros du terroir.

Commandes

A la base de toutes les commandes, livraisons… il y a les producteurs. Ce qu’il faut bien se dire, c’est que sans nos producteurs, nous ne sommes rien ! C’est à partir d’eux que commence toute l’histoire d’un plat. Si vous avez une belle fraise plein champ, juteuse et pleine de goût, c’est grâce aux mains de celui qui en amont, à chéri ses plantations. C’est là, où je trouve que ces métiers du terroir sont étroitement liés avec notre métier de cuisinier. Passion, rigueur, amour du produit.

Vous allez me dire, c’est un monde de Bisounours tout ça, on connaît tous ceux qui privilégient surtout la production de masse avant la qualité. C’est ce que je dit… nous sommes donc étroitement liés.

Les super-livreurs.

Commandes

Je suis sûr que vous allez le reconnaître… c’est le livreur qui apporte un colis et qui ne sait jamais ce que c’est. La seule chose qui l’intéresse, c’est de repartir avec la petite signature en bas du bon de livraison. Surtout n’oubliez pas de mettre votre nom en lisible, vous vous feriez limite engueuler !

Il y a un truc que je ne comprendrais jamais, c’est comment font ces chers coursiers pour arriver toujours au moment qui nous arrange le moins !!! C’est vrai, si ce n’est pas durant notre grande et paisible pause repas, ils vont se pointer au moment ou vous aurez plongé les asperges vertes dans la chauffante ou encore que votre sucre pour la guimauve arrive à température.

Il y a ceux qui font comme chez eux, qui rentrent en cuisine, disent bonjour à tout le monde, font un check au plongeur et il y a ceux qui doivent avoir une certaine phobie des cuisiniers. Vous les voyez, eux qui vous appellent du fond du couloir pour que vous veniez vérifier la commande, ou juste qui klaxonne au milieu du parking. Méthode de fonctionnement, mépris ou juste un long poil dans la main, je vous laisse juger.

Les Fournisseurs.

On a bien souvent obligation de passer par le téléphone pour commander à certains fournisseurs. Après avoir passé 3 bonnes minutes au bout du fil avec la petite musique de répondeur,qui il faut le dire, est loin de nous détendre, quelqu’un nous répond.

Commandes

Bien souvent, c’est un petit jeune, sorti tout droit de son BTS commercial et qui surtout n’a jamais dû mettre les pieds dans l’entrepôt de préparation de commandes. C’est donc à lui que vous demanderez si le carré de veau est bien blanc ou s’ils peuvent nous mettre de côté des barbes de Saint-Jacques. Ne vous en faites pas, il vous dira oui sans problème, par contre, je ne vous garantis rien lors de la livraison 😉

Il y a toujours des fournisseurs avec qui vous allez travailler les yeux fermés, les commandes sont toujours exactes, les livraisons ponctuelles, la marchandise est toujours de qualité. Si vous en avez sous le coude, gardez-les précieusement, car c’est un véritable plaisir de collaborer avec des gens comme eux ou tout est simple et précis. Il sauve un peu l’honneur parce que leur contraire est bien présent sur le marché. On a tous déjà travaillé avec un fournisseur ou on se demande comment ils font pour qu’à chaque commande, il est un pépin !

Les commandes.

Quand arrive le moment de faire les commandes, chacun y va de sa petite habitude pour ne rien oublier, liste des produits déjà pré-écrite, visualisation mentale du plat au dressage. Les plus organisés auront tout noté au fur et à mesure de la journée. N’oublions pas aussi ceux qui en fin de journée sont tellement cramés qu’ils vont se tourner vers leur apprenti en disant  » Tu vois quoi toi, pour demain ?   »

Vous ne manquerez pas de mettre un plomb au petit commis qui a oublié ses aubergines pour les amuses-bouches, après tout ce n’est pas si grave Monoprix est ouvert pendant la pause du personnel. Eh oui, c’est une des règles en cuisine, celui qui oublie une commande, il se débrouille et va chercher soi-même la came. On a l’air malin avec nos sabots et pantalon pied-de-poule, en arrivant en cuisine avec notre sac Super U, le tout avec le petit ticket de caisse à la main (il ne faut pas l’oublier celui-là 😉 ).

« Qu’on se le dise, la plaquette de commande sera votre meilleure amie, vous avez déjà essayé d’écrire contre les murs de la chambre froide, ça ne marche définitivement pas  » 🙂

Les commandes, cela peut paraître banal et routinier. Pas tant que cela quand même ! Qui ne s’est jamais réveillé en sursaut la nuit en se disant  » Putain, mes carrés d’agneaux !!! ». Suivra le le petit check sur l’heure qu’il est, en se demandant si le texto au chef est raisonnable à 4 h du mat.

Alors ne se disons pas que les commandes ne tiennent pas une place importante dans la vie en cuisine au risque de rogner notre nuit de sommeil déjà trop restreinte. C’est une des bases de notre métier, un peu le nerf de la guerre qui fait que notre marchandise sera de qualité.

Commandes

A nous de mettre en valeur les fournisseurs et producteurs qui sont passionnés, comme nous, par leurs métiers afin de perpétuer le si beau terroir que possède le territoire Français.

 

 

Laisser un commentaire